Le bégaiement n’est pas causé par un évènement traumatisant

Contrairement à ce que laisse croire la croyance populaire, le bégaiement n’est pas causé par un évènement traumatisant ou hors du commun tel un déménagement, l’arrivée d’un nouvel enfant, un changement de garderie, un divorce, etc. Les études des dernières années ont plutôt démontré que le bégaiement est un trouble neuropsysiologique, c’est-à-dire lié à un fonctionnement différent du cerveau. Ce trouble se transmettrait génétiquement.

La personne qui bégaie hériterait donc d’un système de parole plus vulnérable que celui d’une personne qui ne bégaie pas. Par la suite, il est probable que des facteurs environnementaux et/ou personnels viennent interagir avec cette faiblesse, ce qui entraîne une expression du bégaiement plus ou moins prononcée. Ainsi, les évènements mentionnés au début de ce texte pourraient être des éléments déclencheurs du bégaiement, mais n’en seraient pas la cause. Ils pourraient aussi, ainsi que d’autres facteurs, influencer la variabilité observée quant au bégaiement. En effet, il est reconnu que le bégaiement peut varier selon le moment, l’interlocuteur, la tâche, etc.

Natacha Beausoleil, MOA, Orthophoniste