Programme Lidcombe

Lorsqu’il est question du traitement du bégaiement, il importe de savoir que différentes approches sont possibles selon l’âge du client et que l’efficacité de l’intervention varie de l’une à l’autre.  Depuis les années ’90, une nouvelle approche, le Programme Lidcombe (PL), s’est implantée dans le domaine du traitement du bégaiement chez les enfants.  Cette approche a été développée à Lidcombe, une banlieue de Sydney, en Australie.  Elle est le résultat de la collaboration entre chercheurs et cliniciens s’intéressant au bégaiement.  Le PL a été élaboré entre 1970 et 1990 et est, depuis, de plus en plus répandu à travers le monde.  Il a été pensé, à l’origine, pour le traitement des enfants d’âge préscolaire (Onslow, Packman, Harrison, 2003).  Toutefois, des études faites au cours des dernières années démontrent également l’efficacité du traitement auprès des jeunes de 7 à 12 ans (Lincoln, Onslow, Lewis & Wilson, 1996; Rousseau, Packman & Onslow, 2005; Koushik & Shenker, 2005).  Voici les grandes lignes de cette approche.

Tout d’abord, le but du PL, tel qu’énoncé par ceux qui l’ont élaboré, est l’absence de bégaiement dans la parole du jeune (Onslow, Packman, Harrison, 2003).  Pour se faire, la simplicité est mise à l’honneur.  Il n’est pas question de montrer à l’enfant et au parent une nouvelle manière de parler.   L’enfant est plutôt renforcé positivement quand il est fluide et encouragé à corriger certains moments de bégaiement, ce dans des tâches et activités plus ou moins structurées selon l’évolution.  Le parent est formé pour administrer le traitement au quotidien (bain, repas, préparation pour l’école, devoirs, etc.), par le biais de commentaires variées faits lorsque l’enfant parle.  De cette manière, le transfert de la fluidité dans la vie de tous les jours commence dès le début du traitement et se fait assez naturellement.  Des mesures sont prises régulièrement par le parent et le clinicien pour documenter les progrès.  Le suivi est constamment adapté en fonction des progrès de l’enfant et des problèmes rencontrés qui doivent être résolus.

Le PL s’applique en deux phases.  La première vise l’atteinte d’une fluidité normale et/ou fonctionnelle et implique des rencontres orthophoniques hebdomadaires auxquelles participent l’enfant et le parent.  L’orthophoniste forme le parent, lui donne du feedback et ajuste le traitement de semaine en semaine, selon la progression.  La deuxième phase vise quant à elle le maintien de la fluidité normale et/ou fonctionnelle sur une longue période de temps, alors qu’on cesse graduellement les commentaires et qu’on espace les rencontres orthophoniques.  La phase 2 permet de faire face aux rechutes possibles et vise l’autonomie du parent dans le traitement.

Pour les enfants de 6 ans et moins, le nombre médian de rencontres nécessaires pour compléter la phase 1 est de 11 à 16 thérapies (Jones et coll., 2000; Kingston et coll., 2003).  Bien sûr, il s’agit d’une médiane.  Certains enfants atteignent l’objectif plus rapidement, d’autres nécessitent davantage d’interventions.  En ce qui concerne la phase 2, elle se complète habituellement en 7 à 10 rencontres étalées sur plus ou moins un an.  Il est à noter que pour les enfants d’âge scolaire, la phase 1 peut durer plus longtemps et que le maintien de la fluidité en phase 2 est souvent moins stable et demande un suivi plus serré (Rousseau, Packman & Onslow, 2005; Koushik & Shenker, 2005).

Natacha Beausoleil, MOA, Orthophoniste

Références

  • Jones, M., Onslow, M., Harrisson, E. & Packman, A. (2000). “Treating stuttering in young children: Predicting treatment time in the Lidcombe Program. “  Journal of Speech, Language, and Hearing Research, 43, 1440-1450.
  • Kingston, M., Huber, A., Onslow, M., Jones, M. & Packman, A. (2003). “Predicting treatment time with the Lidcombe Program: Replication and meta-analysis”. International Journal of Language and Communication Disorders, 38, 165-177.
  • Koushik, S. & Shenker, R. (2005). “Treatment outcomes for a group of school-aged Children treated with the Lidcombe Program.” Non publié.
  • Lincoln, M., Onslow, M., Lewis, C. & Wilson, L. (1996).  “A clinical trial of an operant treatment for school-age children who stutter”.  American Journal of Speech-Language Pathology, 5, 73-85.
  • Onslow, M., Packman, A. & Harrison, E. (2003). “The Lidcombe Program of Early Stuttering Intervention: A Clinician’s Guide”.  Pro-Ed, Texas: Austin, 223 p.
  • Rousseau, I., Packman, A.& Onslow, M. (2005)  How effective is the Lidcombe Program with school-age children? A phase 1 trial.  Presented at the Oxford Dysfluency Conference 2005.